la presque pas sympa

05 août 2009

let's just think about it

Il y a une époque où j’écrivais beaucoup, surement parce que c’était le moyen de communiquer encore le plus répandu, et aussi parce que j’ai toujours aimé ca, ce n’est pas nouveau, même pour toi.

Il y a quelques temps,t u m’avais suggéré de t’écrire, ce qui m’avait fait plaisir mais quand je m’y suis mise, je en sais pas pourquoi, aucune inspiration, je griffonnais, je me reprenais, bref j’étais très insatisfaite du résultat et j’ai remis ça a plus tard.

Et depuis quelques jours, ca me vient plus souvent mais aussi n’importe quand, dans le métro, a mon bureau, quand je lis un livre ou quand je prends ma douche.

Je pense souvent à toi, et de plein de manières différentes. Passé, présent, futur, chez toi ou ailleurs, assis ou allongé, de dos, de loin, avec ou sans moi.

Ca peut paraitre effrayant, mais ce n’est pas de l’obsession. C’est ma façon de t’aimer, de t’avoir avec moi aussi souvent que possible, même quand physiquement tu es loin. Ca me détend, ca m’agace, ca me rend légère ou ca me donne une boule au ventre, ca me fait passer par tant d’émotions et de sentiments, et ca me plait.

Quand je te dis que tu es beau, ne prends pas ça comme une remarque purement superficielle (bien que tu n’aies pas à te plaindre d’un point de vue purement physique): tu es beau parce que je suis bien, voila comment je le sens.

Ca fait déjà 4 ans qu’on se connait, et on a vécu pas mal de choses tous les deux, autant ensemble que chacun de notre coté. Il s’est passé un tas de choses, bien ou non, mais ca n’aurait pas été ce que c’est maintenant si tout ca n’était pas arrivé. Ou pas. On n’en saura pas, et on s’en fout.

Ce qui compte, c’est de faire un bout de chemin ensemble, autant que possible évidemment, mais on ne peut jamais savoir. Alor sil faut essayer, et aller jusqu’au bout. C’est pour ça que je te « supporte » (comme tu me le dis parfois) depuis 4 ans, sans lâcher l’affaire. J’ai voulu, failli, envisagé de laisser tomber mais non, je suis toujours dit que tu valais le coup, malgré ce qui a pu se passer et  ce qu’on a pu me dire.

Et je me le dis encore : tu vaux plus que le coup. Tu es une constante irremplaçable dans mon petit monde, tu es comme une dérive sur un bateau : si on l’enlève, le bateau flottera toujours  mais  va zigzaguer.

Voila, tu es ma dérive. Je trouve ce mot plein de sens, ca me plait beaucoup. L’ambigüité du terme est encore plus intéressante.

Depuis qu’on s’est rencontrés, j’ai comme le sentiment  d’avoir piétiné, jusqu'à ce que tu arrives. J’y repense maintenant, cette sensation de manque que j’ai eue pendant ce qui me parait être trop longtemps, sans réellement savoir ce qui me manquait.

Ca ne m’empêchait pas de continuer à avancer, parfois pas dans les bonnes directions. Avec le recul je me dis que j’ai rarement regretté mes choix, et ca se confirme avec toi.

M’en fous, même pas peur, même si ca me retourne le cœur, l’estomac et le cerveau, j’assume.

Depuis longtemps c’est toi, c’est personne d’autre.

Posté par lilalila à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 octobre 2008

chasing cars

                                                               

DSC02781

J'ai rêvé de toi il y 2 semaines : tu me suivais dans un magasin, tu insistais pour me parler et tu finissais pas me dire que tu avais besoin de moi, parce que depuis que tu m'avais quittée, tu était comme vide, quelque chose manquait.
Peut être qu'il y a du vrai, mais c'est peu probable, parce qu'on ne devine pas, comme ça, on ne SAIT pas d"un coup certaines choses. Mais j'y pense, et ça me tracasse.
Je repense aussi beaucoup a tout ce qui s'est dit, tout ce qu'on s'est dit, ou plutot ecrit. Et malgré l'etat lamentable de ma memoire, c'est un exploit.
Ces justifications bidons, ces arguments largement recusables, c'est etrange : cette façon de tourner les choses a ton avantage, c'est top.
Tu "m'expliques" que tu sentais que je n'etais pas sûre, alors que tu savais pertinement ce que je ressentais (il y a des traces ecrites, on est bien d'accord) , et tu attends une reponse a tes textos ? quel interet ?
Je te demande de me laisser tranquille, d'etre la en temps voulu, mais il faut que tu la ramene, l'air de rien.
Des histoirs j'en ai eu de differentes sortes : , eclairs, courtes, moyennement longues, chiantes, fatiguantes, heureuses, intenses, interessantes, mais toi tu etais tout ca a la fois. Et surtout, tu etais CA. Tu etais et est encore celui pour lequel j'ai pleuré dans le metro, ma douche, au taf, devant mes amis, devant la tv ou en ecoutant une chanson. Plusieurs fois.
Le plus dur, c'est de me dire que pour la première fois je savais que j'etais "follement éprise de ta personne", tu n'as jamais ete follement épris de la mienne.
J'y ai cru pendant pas mal de temps, j'ai essayé de faire des efforts mais personne n'y peut rien.
Je ne peux plus me battre et continuer comme je l'ai fait avant, j'ai tout laché pour toi, maintenant il n'y a plus assez de motivation, trop de degats.
Et que tu penses que quelques mois suffisent a me remettre d'aplomb, ca me rend triste, ca me rappelle a quel point j'aurais du me rendre compte plus tot que a ne rien vouloir savoir sur ma vie, mes amis etc, tu en es venu a imaginer tout ca, et a te conforter dans l'idee que superlucie-avec-plein-d'amis-garcons-qui-n'en-veulent-qu'a-son-cul va forcement se faire avoir parce qu'elle 'n'est pas sûre" et toi, pauvre petite chose "pas sure" non plus, tu preferes rester tt seul, pour qu'elle puisse vivre sa vie.
Merci

Posté par lilalila à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2008

bad habit

Je me demande souvent pourquoi, comment on en est arrivés la, surtout moi.
J'en ai vu d'autres, à certains j'ai cru m'accrocher, et je les ai vite oubliés.
Toi, tu me fais autre chose : j'ai l'impression que ma cage thoracique va exploser quand je pense a toi, et la simple pensée d'un baiser me donne des frissons. Comme maintenant. Comme hier. Comme tous les jours depuis bientôt 3 ans, mon cœur s'emballe quand je te vois, je t'écoute, je te sens, je te rêve.
Toi, je m'accroches parce que ça vaut le coup, largement.Comme tu me l'as dit, je suis une personne sensée, alors fais moi confiance.
Parce que tu es le bon équilibre entre un avantage et un inconvénient, le dosage idéal de folie et de rationalité.
Je t'aime trop et pas assez pour accepter sans broncher, sans m'inquiéter, sans me triturer l'encéphale.

Posté par lilalila à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2008

dead_end
Je pense que c'est bel et bien fini avec El Cruale , plus d'entourloupes, de coucheries occasionnelles,de prises de tete inutiles. C'est triste. Deprimant. Le seul dont j'ai vraiment été amoureuse ,le seul a qui je ne l'ai jamais dit.Ballot,hein ?
Je ne sais pas trop quoi en penser: une belle histoire qui valait la peine d'etre vecue? Non, ca c'est dans les telefims du dimanche de M6, pas dans la vraie vie. Dans la vraie vie, je me dis que j'aurais été plus heureuse sans lui. Ou moins malheureuse.Vas savoir.
Est-ce qu'un jour je réussirai a tomber sur le bon? meme temporairement, histoire d'avoir le temps de ne pas refaire les memes erreurs, d'ameliorer 2-3 trucs et d'en faire d'autres.
Ces gens autour de moi qui sont avec leur cheri(e) depuis un bail, qui ont plus ou moins construit quelque chose, qui peuvent se permettre d'envisager un eventuel avenir avec l'autre, ca m'intrigue : moi aussi j'en ai eu envie, moi aussi j'y ai pensé mais bizarrment, aucune avancée,avec aucun .
C'est quoi le secret? je remarque que dans un couple qui "marche" (depuis) longtemps , il y en a toujours un de plus faible . A juste mesure bien sur, sinon ca degenere, forcement.Alors que les couples "egaux", il y en a peu. Normal, ca clashe. Sauf les couples gnangnan, mollassons, qui s'encroutent très tot dans la routine et la vie a 2. Au final, les autres aussi s'encroutent, mais ils en ont conscience donc font des efforts pour s'en extirper. La vie a 2 doit etre epuisante . Et lassante. Rentrer tous les soirs et voir la meme personne , c'est sympa quand c'est temporaire. Comme quand j'ai passé 1 semaine chez le cruel : c'etait temporaire, ca s'est super bien passé, on etait contents de se retrouver le soir, parce qu'in savait qu'une semaine plus tard, on ne se verrait peut etre pas.
Mon impression, c'est qu'encore une fois, il y a une position dominant/dominé : quand on vit ensemble, on est dépendant de l'autre,surtout quand un des deux rentre systematiquement apres l'autre : l'attente , le texto, le sms "t'es ou? avec qui? tu rentres quand? tu peux passer m'acheter des clopes? tu penses au pain, hein!"et le dominé,lui, se ronge la peau des mains quand le dominant a 95mn de  retard,ne repond pas aux textos,ni aux messages et en rentrant, engueule l'autre pour l'avoir harcelé...
Welcome in my life of celibataire qui en a marre de voir a longueur de journée des couples heureux,qui se tiennent par la main/taille/bras/pied/genoux , se collent des petis bisous sur visage ,et exposent leur bonheur qui pue aux pauvres ames en peine comme moi ..
Je reconnais  que c'est une paranoïa classique chez les  celibataires,mais qui a tendance a agacer a force.
Autre phénomène etrange mais répandu : l'impression de bombassitude . Je m'explique : quant on est en couple (epanoui,tant qu'a faire),on se sent plus legere, notre égo grandit de facon démesurée ,on a l'impresssion que tous les représentants de la gente masculine se retournent sur cette bombasse que vous êtes et une foule de courtisants jouent des coudes rien que pour votre parfum.Mais quand on se retrouve a effacer notre ancien cher et tendre de nos contacts msn ,nous reviennent en pleine face la solitude , notre vrai visage(absolument pas ressemblant,a aucun moment, a celui d'une bombasse) et l'absence totale de prétendants, d'amants, de fuckfriend, de cible ou meme de coups arrangés. Rien,silence radio , les amis des amis sont tous pris entre temps ,les soirées se font rares (a cause des couples qui voient d'autres couples ,parce que une celibataire et un couple , c'est triste...),on evisage l'eventuel vieux boulet qui nous bave dessus depuis 6 mois si on en a un et/ou on oublie sa solitude dans le coca ,les clopes et les amis.Ceux qui acceptent de se decoller de leur moitié toute une soirée. Les celibataires volontaires, j'entend par la que le celibat est delibérement choisi, pas forcé et fruit d'une mure reflexion.
Ceux la sont en général les plus amusants en tant qu'amis, et les plus gros cons en tant qu'objets de convoitise : dans les 2 cas , il s'amuse et n'a pas souvent de remords.
Les cons, j'en ai connu : les jeunes chiens un peu trop fous, les integristes, les alcoolos,les complexés ,les torturés/penseurs,ils m'ont tous attirée et je m'y suis accrochée,pour une raison encore maintenant inexpliquée.J'en ai eu un normal,mais trop normal,il a craqué de ne plus me voir tres souvent...
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire du cruel,je crois qu'il est en weekend a l'etranger,je fais koi ?? je l'appelle, lui envoie un tetxo, un mail? ou je fais comme si je m'en souvenais pas pour faire genre je suis détachée,je peux survivre sans toi?pfouu,dur dur la life...

Posté par lilalila à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2008

HFNY

HFNY = Happy Fucking New Year !
merci a R. pour cette petite expression bien de chez nous...
Ca y est, on est en 2008 ,  harcelés par les textos ou appels de "bonne année",en train de nager dans les bonnes résolutions , de faire genre on elimine toutes les kilocalories du repas de Noël (bizarrement on a quand même des envies de foie gras un peu plus souvent que la normale) et genre on a vachement bien survécu a l'ingurgitation massif de rafraîchissements alcoolisés.. Certain d'entre vous se disent "ca sent le vécu " ? Hé bah ouais ,normal, C'EST du vécu ... Mais j'assume et je en regrette rien...Enfin, je n'aurais pas refusé une visite guidée du coté du blondinet , mais l'occasion ne s'est pas réellement présentée (et puis sur le coup,le buffet dessert m'a semblé beaucoup plus interessant... oui, la loose , je sais)
Ce qui me permet de rebondir sur mes bonnes résolutions ,que je renommerais plutot "les grands axes", parce qu'on se sent obligés de tenir ses bonnes résolutions alors qu'on peut bifurquer des grandes lignes...pas bête la bête :

* envisager de réduire ma consommation tabagique(en même temps avec cette biiiiiip d'interdiction de fumer, ca va être fastoche..)
* sourire plus
* gagner BEAUCOUP d'argent( un défi pour une étudiante qui en bonus, travaille a mi-temps)
* trouver quelqu'un pour tenir compagnie a l'oreiller a coté du mien(accessoirement a moi aussi, mais altruiste comme je suis, je ne pense qu'au bien être des autres)
* trouver un coiffeur décent(cad qui ne me prend pas 50 milliards d'euros pour me faire un dégradé tout pourri)
* arreter avec Le Cruel (qui s'est récemment surpassé dans sa cruelitude, en jouant l'injoignable absolu depuis 1 semaine  )
*  retrouver les heureux propriétaires de ces petites choses ci dessous (pour me consoler du cruel, il faut bien ca)

dieux_du_stade_photo_2007

Posté par lilalila à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2007

le monde de Monsieur B.

Dit comme ca , ca peut paraitre etrange, voir pueril et non reflechi, mais je dis cela en pleine possession de mes facultés mentales et de mon sens du jugement :j'adore Frederic Beigbeder. Non , je l'aime , c'est mieux .
Attention, je tiens a dissiper tout malentendu( j'ai trop de respect pour Le Cruel, que j'evoquerai plus tard) : je ne l'aime pas d'amour , je l'aime litterairement , la passion stylistique, l'enivrement litteraire . Cette histoire de nous mènera nulle part, je le sais, mais elle est vouée a la réussite..
Oui Frederic , tu me rends amoureuse , j'aime tout chez toi , tes mots , ton acharnement a cracher sur tout et rien tout en restant dans les limites du systeme , sans parler de ta non-pudeur a t'afficher dans le metro et le regard malicieux que tu me lances tous les jours quand je prends le metro, pour me souhaiter une bonne journée...Oui je sais, tu n'es pas si romantiquement égoiste , tu partages avec les autres cette intimité que je n'ai qu'avec toi , et moi en mauvaise altruiste , je suis jalouse...
Mais je suis assez forte pour le supporter , je veux en laisser aux autres...

fuck_bonbons

Posté par lilalila à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2007

how it all started

Voila, un nouveau blog mais pas pour une nouvelle life, c'est juste que j'avais envie d'alimenter un coté Mrs Hyde , pour laisser  a Mrs Jeckyll un peu de temps pour respirer ...
Je te prie donc , toi lectrice(ou lecteur, autant viser large) , de respecter mon voeu d'anonymat , même si tu crois me reconnaitre...

Posté par lilalila à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]